A- A+
Informations pratiques

Informations pratiques

Secrétariat

BLS_6
  • 05.55.33.44.62
    • de 8h30 à 17h30

Horaires

Consultations du lundi au vendredi : De 9h30 à 11h40 et de 13h50 à 15h30

Équipe cadre

HENNEQUIN Catherine

Contactez-nous
art_162

PRESENTATION DE LA CONSULTATION D’ANESTHESIE

L’équipe médicale :

  • Dr DULYMAMODE Mohammed Ally
  • Dr HENAOUI Sidi Mohamed
  • Dr MAAOUNI Taïb
  • Dr NG-SING-KWONG Kwet-Hian
  • Dr NOUR-EDDINE Mustapha
  • Dr PERNET Jean-Luc

art_324

Organisation du service d’anesthésie :

Pour une meilleure organisation des soins et pour augmenter votre sécurité, les anesthésistes-réanimateurs travaillent en équipe. Le médecin qui pratiquera l’anesthésie n’est pas obligatoirement celui que vous avez rencontré en consultation pré anesthésique, mais il aura pris connaissance de votre dossier grâce aux moyens informatiques que nous utilisons en consultation. (En accord avec la loi du 6 janvier 1978, vous avez accès à ce dossier informatique pour information ou rectification).


art_264

Description de l’activité proposée en consultation :

Toute anesthésie, générale ou loco-régionale, réalisée pour un acte non urgent, nécessite une consultation, plusieurs jours à l'avance et une visite pré anesthésique, la veille ou quelques heures avant l'anesthésie selon les modalités d'hospitalisation. Comme l'anesthésie, elles sont effectuées par un médecin anesthésiste-réanimateur.
Au cours de la consultation et de la visite, vous êtes invité(e) à poser les questions que vous jugerez utile à votre information. Le choix du type d'anesthésie sera déterminé en fonction de l'acte prévu, de votre état de santé et du résultat des examens complémentaires éventuellement prescrits. Le choix final relève de la décision et de la responsabilité du médecin anesthésiste-réanimateur qui pratiquera l'anesthésie.


art_265

Qu’est-ce que l’anesthésie ?

L'anesthésie est un ensemble de techniques qui permet la réalisation d'un acte chirurgical, obstétrical ou médical (endoscopie, radiologie, etc.), en supprimant ou en atténuant la douleur.

Il existe deux grands types d'anesthésie : l'anesthésie générale et l'anesthésie loco-régionale.

  • L'anesthésie générale est un état comparable au sommeil, produit par l'injection de médicaments, par voie intra­veineuse et/ou par la respiration de vapeurs anesthésiques, à l'aide d'un dispositif approprié.
  • L'anesthésie loco-régionale permet, par différentes techniques, de n'endormir que la partie de votre corps sur laquelle se déroulera l'opération. Son principe est de bloquer les nerfs de cette région, en injectant à leur proximité un produit anesthésique local. Une anesthésie générale peut être associée ou devenir nécessaire, notamment en cas d'insuffisance de l'anesthésie loco-régionale.

Les principales techniques d’anesthésies loco-régionales sont :

  • L’anesthésie périmédullaire : on distingue la rachianesthésie et l’anesthésie péridurale. L’abord se fait dans les 2 cas par voies dorsale. Après injection du produit vous ressentirez une sensation de chaleur, de fourmillement et de lourdeur dans les membres inférieurs.
  • L’anesthésie troncullaire : on endort le ou les nerfs qui contrôlent une partie d’un membre ou d’une région à opérer

art_266

Comment serez-vous surveillé pendant l’anesthésie et à votre réveil ?

L'anesthésie, quel que soit son type, se déroule dans une salle équipée d'un matériel adéquat, adapté â votre cas et vérifié avant chaque utilisation. Tout ce qui est en contact avec votre corps est soit à usage unique, soit désinfecté ou stérilisé.
En fin d'intervention, vous serez conduit(e) dans une salle de surveillance post-interventionnelle (salle de réveil) pour y être surveillé(e) de manière continue avant de regagner votre chambre . Durant l'anesthésie et votre passage en salle de surveillance post-interventionnelle, vous serez pris(e) en charge par un personnel infirmier qualifié, sous la responsabilité d'un médecin anesthésiste-réanimateur.


art_267

Quels sont les risques de l’anesthésie ?

Tout acte médical, même conduit avec compétence et dans le respect des données acquises de la science, comporte un risque. Les conditions actuelles de surveillance de l'anesthésie et de la période du réveil, permettent de dépister rapidement les anomalies et de les traiter.


art_268

Quels sont les inconvénients et les risques de l’anesthésie générale ?

Les nausées et les vomissements au réveil sont devenus moins fréquents avec les nouvelles techniques et les nouveaux médicaments. Les accidents liés au passage de vomissements dans les poumons sont très rares si les consignes de jeûne sont bien respectées.
L'introduction d'un tube dans la trachée (intubation) ou dans la gorge (masque laryngé) pour assurer la respiration pendant l'anesthésie peut provoquer des maux de gorge ou un enrouement passagers.
Des traumatismes dentaires sont également possibles. C'est pourquoi il est important que vous signaliez tout appareil ou toute fragilité dentaire particulière. Une rougeur douloureuse au niveau de la veine dans laquelle les produits ont été injectés peut s’observer. Elle disparaît en quelques jours.
La position prolongée sur la table d’opération peut entraîner des compressions, notamment de certains nerfs, ce qui peut provoquer un engourdissement ou, exceptionnellement, la paralysie d'un bras ou d'une jambe. Dans la majorité des cas, les choses rentrent dans l’ordre en quelques jours ou quelques semaines.
Des troubles passagers de la mémoire ou une baisse des facultés de concentration peuvent survenir dans les heures suivant l'anesthésie.
Des complications imprévisibles comportant un risque vital comme une allergie grave, un arrêt cardiaque, une asphyxie, sont extrêmement rares.
Pour donner un ordre de grandeur, une complication sérieuse ne survient que sur plusieurs centaines de milliers d’anesthésies.


art_269

Quels sont les inconvénients et les risques de l’anesthésie loco-régionale ?

Après une rachianesthésie ou une anesthésie péridurale, des maux de tête peuvent survenir. Ils nécessitent un repos de plusieurs jours et un parfois un traitement local spécifique. Une paralysie transitoire de la vessie peut nécessiter parfois la pose temporaire d’une sonde urinaire.
Des douleurs au niveau du point de ponction dans le dos sont également possibles. Une répétition de la ponction peut être nécessaire en cas de difficultés.
Des démangeaisons passagères peuvent survenir lors de l’utilisation de la morphine ou de ses dérivés. Très rarement, on peut observer une baisse transitoire de l'acuité auditive ou visuelle.
En fonction des médicaments associés, des troubles passagers de la mémoire ou une baisse des facultés de concentration peuvent survenir dans les heures suivant l'anesthésie.
Des complications plus graves comme des convulsions, un arrêt cardiaque, une paralysie permanente ou une perte plus ou moins étendue des sensations sont extrêmement rares. Quelques cas sont décrits, alors que des centaines de milliers d’anesthésies de ce type sont réalisées chaque année.
Au cours de l'anesthésie loco-régionale en ophtalmologie, un traumatisme du globe oculaire est exceptionnel.


art_270

Qu’en est-il de la transfusion sanguine ?

S'il existe une probabilité que vous soyez transfusé(e) pendant votre opération ou dans ses suites, vous recevrez une information spécifique sur les techniques et le risque transfusionnel.